mardi 24 janvier 2012

Une visite a Peroguarda, en Alentejo





Nous avons été invités par un couple d’amis en visite à Peroguarda, leur village natal. Après avoir traversé les montagnes du nord de l’Algarve, nous voilà partis en direction à Beja, la capital de l’Alentejo du sud (baixo Alentejo). 





Peroguarda se trouve dans cette région, à peu de kilomètres de la ville de Ferreira do Alentejo.
C’est un village typique de cette province. D’après certains textes, sa désignation viendrait de « Pedro da Guarda », le nom d’un courageux berger qui y avait fait construire quelques petites maisons, et qui est mort en luttant contre un loup qui le blessa mortellement.


Les habitants sont fiers de nous montrer la plaque qui témoigne de la nomination de Peroguarda comme le village le plus portugais de l’Alentejo (du sud), ceci en l’année de 1938



Je ne sais pas si la classification s’est maintenue ou répétée, mais il est vrai que le village représente bien l’Alentejo avec ses maisons basses et bien alignées.
Ici il n’y a pas de baroque comme au nord du Portugal. En Alentejo, les lignes sont simples. Les habitations suivent le mouvement court des plaines ondulantes où elles se localisent. Quelques touches de couleur viennent, ici et là, rompre la monotonie blanche des façades.

Nous sommes dans l’Alentejo « profond » où le temps semble s’être un peu arrêté, mais où les circonstances ont permis de garder la typicité de l’ensemble, et une bonne intégration dans le paysage.


Le village a aussi son église à l’architecture sobre du XVIe siècle, qui est dédiée à Santa Margarida (Sainte Marguerite), la sainte patronne de Peroguarda.

Nos amis nous ont fait visiter une jolie fontaine qui se trouve au fond d’une ruelle. 


Sur la droite le lavoir, où l’eau claire coule en abondance. 

Un peu plus haut, un édifice de bains publics (balneários), et on nous dit que les dames de Peroguarda se dirigent volontiers au lavoir, même celles qui ont la machine à laver le linge !



Les bains publics.
Et puis aussi que des habitants du village, se rendent aux bains publics, même en ayant la salle de bain et eau chaude chez eux !


Peroguarda garde aussi un « trésor » que j’ai eu plaisir à découvrir. C’est une collection de meubles typiques de l’Alentejo. 
Ce sont des meubles traditionnels, peints à la main, aux teintes vives et aux motifs fleuris.

Je connaissais ces travaux des artisans locaux, j'en avais vu aussi des tout blancs, avec des petites fleurs pour une chambre d'enfant. Mais suite aux vagues envahissantes des marques internationales, ces meubles qui étaient communs dans tout l’Alentejo, avaient presque disparu.


Il y a maintenant un regain d’intérêt pour la particularité de ces couleurs et représentations naïves. On voit grandir l’offre de d’artistes qui font connaître et proposent leurs créations dans des expositions diverses et sur les sites du net.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire